Les adolescents et les bienfaits du sport

Professeur Bucur Mihaela-Cătălina

C’est la rentrée 2021.

Les vacances ont fini et on veut revenir à l’école. Malheureusement, les conséquences du confinement peuvent s’observer encore dans le comportement de tout le monde. Il me semble qu’on a oublié les bienfaits du sport ou encore l’importance de maintenir des liens sociaux. Les plus jeunes nous disent qu’ils ne souffrent pas de la pandémie. Mais la verité est qu’on peut observer avec nos propres yeux une peur étrange et le manque de confiance.

En France en ce qui concerne l’examen de Bac on a  une nouvelle spécialité sport à partir de la rentrée 2021. Cette nouvelle spécialité « éducation physique, pratiques et culture sportives » sera proposée dans une centaine de lycées à partir de septembre 2021. La nouvelle spécialité du bac sera opérationnelle, “à titre expérimental” et ouverte aux lycéens de la voie générale actuellement en classe de seconde.

On a eu beaucoup de mesures dans le dernier an (des restrictions). Les effets sur les enfants et les adolescents étaient négatifs.

La plupart des jeunes  dont je m’occupe ont trouvé le lock down comme négatif. Comme ils sont intéressés par l’étude de la langue française ils n’ont pu l’exercer comme avant. Ils ont retrouvé le sourire avec l’arrivée de l’été et les premières mesures d’assouplissement. En septembre 2021, mes élèves craignent un nouveau confinement. Ils ont peur de ne plus pouvoir voir leurs amis et de ne plus pouvoir poursuivre leurs activités sportives, culturelles et autres. Une majorité d’entre eux craint de tomber malades et d’infecter un membre de leur famille.

Comme professeur, je me demande comment protéger  mes élèves des effets négatifs de la crise.

Oui. C’est difficile. En plus, les adolescents et les enfants se voient attribuer un rôle particulier dans la pandémie. On leur parle du risqué de tomber gravement malades. Ils pourraient transmettre aussi le virus aux personnes à risque. Ils commencent à se sentir coupables. Mais bien sûr, les adolescents sont différents. Il y a des jeunes qui ne prennent pas ces allegations au sérieux.

Le numérique a joué un grand rôle lors du confinement. Les professeurs et les élèves ont abuse du numérique. Il me semble qu’il est tellement entré dans nos habitudes quotidiennes qu’on ne va jamais y renoncer.

On sait que l’exercice est généralement bon pour la santé, le corps et l’ âme. L’activité physique est essentielle au développement des enfants et des adolescents. On est d’accord qu’ elle renforce leur capacité mentale et améliore leur humeur et qu’ elle prévient également d’éventuelles maladies telles que le diabète, l’obésité ou l’hypertension artérielle. Ce n’est pas pour rien qu’on propose des exercices sportives aux jeunes et aux adolescents.

On s’est rendu compte que le sport a un effet curatif, c’est-à-dire une influence positive sur le comportement des mineurs. Entre autres, les hormones du bonheur sont libérées pendant l’exercice. En plus, je peux affirmer que de cette manière on  entretient également des contacts sociaux lorsqu’on fait du sport, en particulier dans les disciplines collectives. On peut construire un esprit d’équipe, ce qui est très important pour les adolescents.

L’alternative pour les adolescents qui ont développé des comportements addictifs tels que la dépendance au jeu, des troubles de l’alimentation ou ont développé une depression peuvent être les promenades même avec les collegues. Bien sûr, il y a aussi des caractères différents parmi les enfants et les jeunes, mais dans l’ensemble, on peut dire que les jeunes ne sont pas faits pour être seuls. En conséquence, ce serait bon que toutes les mesures à prendre soient envisagées avant que les contacts physiques entre les jeunes ne soient totalement interdits. Dans ce cas, ils n’auront pas d’autres choix que de se tourner vers le monde virtuel.»

Madame, est-ce qu’elle est Monalisa ? ou les volontaires français en visite au Collège National Ion Luca Caragiale de Ploiesti

Prof. Bucur Mihaela Cătălina

C’est mardi, 18 mai 2021.

On a invité les volontaires de l’Alliance Française de Ploiesti : Chloé Rimbaud, Nicolas Berthiller et Martyna Polchlopek au Collège National Ion Luca Caragiale pour un débat aux sujets variés avec nos élèves de la terminale.

          En plus, les plus petits élèves de notre lycée ont préparé des activités en français et en roumain. C’était pour moi la grande surprise. Ils ont joué sur des photos de la France et de la Roumanie et leur professeur a même invité les volontaires à jouer avec eux. Ils ont chanté ensemble (on a chanté ensemble), ils ont appris des mots et ils se sont présentés. Ils ont même prononcé les noms des plus connus français dans le monde. Ils levaient toujours la main pour répondre aux questions des invités.

          Vous ne voyez pas encore la liaison avec le titre de cet article ?

          En se rappelant les noms des monuments les plus connus de France on a mentionné le Louvre. Et c’est à ce moment-là qu’un petit m’a demandé : madame, madame est-ce qu’elle est Monalisa? Comment réagir à une telle question ? Avec un sourire !

BD pour La Journée Internationale de la Francophonie!

prof. Mihaela Bondoc

Le 20 mars, chaque année, notre école célèbre la Journée Internationale de la Francophonie par des activités diverses, telles que des expositions, des concours et des haïkus. Cette année, à la proposition de l’Alliance Française de Ploiesti, on a créé aussi des BD. L’une d’entre elles appartient à Neagu Cosmina, élève en 11-e B.

Les salles multiples ( breakout rooms ) dans Google Meet

prof. Mihaela Bondoc

Pourquoi les salles multiples dans Meet? Pour le fait qu’on peut diviser la classe en plusieurs petits groupes qui peuvent travailler soit pour réaliser un projet ensemble, soit pour faire des dialogues/ jeux de rôles, soit pour préparer un débat.

Comment fait-on pour avoir accès aux salles multiples, sachant que cette fonctionnalité n’est pas incluse dans la version gratuite? Il y en a plusieurs façons, mais la plus simple, on l’a essayée et on l’a testée pour vous.

Etapes:

  1. Créer un Google Docs dans lequel on retrouvera le nom des élèves associés à leur salle de rencontre Meet.
  2. Créer des salles Meet permanentes via meet.google.com . Pour que les salles soient permanentes, vous ne devez pas les nommer lors de la création, laissez plutôt la boite vide.
  3. Ajouter les liens URL des différentes salles Meet créées dans votre Google Docs.
  4. Installer les extensions Mute tab et Tab resize pour mieux gérer les rencontres.
  5. Publier votre Google Docs contenant les liens des différentes salles sur Google Classroom.
  6. Le jour des rencontres, utiliser l’extension Tab resize pour afficher toutes vos salles dans votre écran.
  7.  Demander aux élèves de se connecter dans la salle qui lui est attitrée.
  8. Naviguer d’une salle à l’autre en utilisant l’extension Tab muter pour éviter d’entendre toutes les salles en même temps.  Ouvrez votre micro seulement lorsque vous entrez dans une salle pour ne pas déranger toutes les salles qui sont à la tâche ( source: https://portaileduc.net/website/des-salles-multiples-dans-google-meet-breakout-rooms/)

Et la vidéo qui explique mieux toutes les étapes:

créer des salles multiples dans google meet

Etude de cas

On a testé cette technique à une classe de lycée. On a divisé la classe en 4 groupes ( il s’agit de la moitié de la classe, car la spécialisation de la classe nous permet de travailler avec 15 élèves au lieu de 30).

Limites de la technique: même si on a été bien enthousiastes au début, après avoir distribué les élèves dans les salles, on a commencé à enregistrer les premiers petits bémols:): 1) Tous les élèves ne possèdent pas d’ordi ou d’ordi portable, donc ils n’ont pas pu accéder aux salles multiples. 2) Il y a eu aussi des absents, de sorte que certains élèves n’ont pas eu de partenaires de salle; ici, on a réglé le problème, en donnant accès à l’élève à une autre salle.

Conclusion: sur les 4 groupes, seulement 1 groupe a pu travailler dans la salle attribuée. Conclusion finale: La technique des salles multiples dans Google Meet pourrait être bonne, car on partage les élèves en groupes, tout comme on le faisait à l’école en présentiel, mais elle n’est pas faisable si les élèves ne possèdent pas d’ordinateur/ d’ordinateur portable.

La prononciation, quoi faire?

Vu que les élèves ont du mal à bien prononcer en français, à lire correctement, on vous propose un exercice qui peut les aider dans ce sens.

Il s’agit des exercices de récitation. Il y a des sites qui proposent des poèmes lus par des Français, comme par exemple https://wheatoncollege.edu/vive-voix/.

Consignes pour les élèves:

Accédez au site: https://wheatoncollege.edu/vive-voix/ . Choisissez un poème. Informez -vous sur son auteur ( présentez son auteur dans une phrase). Ecoutez le poème plusieurs fois , tout en regardant ses mots ! Ensuite, répétez jusqu’à ce que vous ayez réussi à le réciter correctement! Bon travail! OBS: pour ceux qui ont des problèmes avec le micro, enregistrez-vous sur le site https://vocaroo.com/

Le cercle pédagogique des professeurs de français

Cercul pedagogic al profesorilor de limba franceză, găzduit de Colegiul Național I.L. Caragiale

În data de 19 februarie 2020 școala noastră a găzduit cercul pedagogic al profesorilor de limba franceză, onoare ce ne revenise ultima dată cu 5 ani în urmă.

Întrucât așteptările invitaților erau foarte mari, toți colegii din catedra de limba franceză s-au mobilizat exemplar pentru a realiza un lucru memorabil.

Tema cercului a fost “ Scriere creativă în ora de limba franceză”, moderatorii fiind dl inspector de limba franceză Tiberiu Lazăr și responsabila cercului pedagogic, colega noastră și șefă de catedră Georgiana Coman. Activitățile s-au remarcat prin diversitate și inovație, provocând reacții apreciative din partea celorlalți profesori din județ.

Întâlnirea a debutat prin momente poetice- haiku-uri scrise și ilustrate de elevii d-lui profesor Vasile Moga în calendare care au fost oferite fiecărui participant la cerc. A urmat prezentarea unui jurnal creativ realizat de elevii d-nelor profesoare Elisabeta Toma și Mihaela Moisescu, un moment absolut deosebit care nu s-a mai văzut niciodată până acum la vreun cerc de limba franceză, și anume prezentarea unor interviuri luate în Franța de către dna profesoara E. Toma unor personalități precum fiica marelui scriitor Albert Camus și primarul localității Soultzmatt din regiunea Alsacia, localitate ce adăpostește cel mai mare cimitir al soldaților români din Franța. A treia activitate a fost susținută de d-nele profesoare Georgiana Coman și Andreea Manea, “ Evaluarea scrierii creative”, un schimb interactiv de bune practici, extrem de folositor în special pentru profesorii debutanți în care participanții la cerc au putut să-și exprime părerea în legătură cu tema propusă. S-a continuat cu câteva momente artistice, sceneta L’ étudiant diplômé et le journaliste pregătită de elevii Antonio Nedelcu, Robert Niță, Milena Ilași (prof. Mihaela Moisescu) și spectacolele coregrafice oferite de elevii Andrei Ghiță, Rebeca Doleanu, Ana Codescu ( prof. M.Moisescu și G.Coman). A doua parte a intâlnirii a fost punctată de două activități realizate de elevii d-nelor prof. Mihaela Bondoc și Mihaela Bucur. În prima activitate, Scriere creativă și artă urbană, dna prof. M.Bondoc a arătat importanța folosirii unor mijloace de expresie mai neobișnuite în procesul de scriere creativă, elevii găsind sensuri și mesaje unor opere de street art. A doua activitate care a fost susținută de dna prof.M.Bucur a conținut o prezentare a blogului proiectului Erasmus+ A table citoyens, profesorii participanti fiind invitați să participe activ. Este de menționat în acest sens activitatea bogată a catedrei de limba franceză care a fost și este implicată în continuare în mai multe proiecte internaționale.

Cercul profesorilor de limba franceză din Colegiul Caragiale s-a încheiat cu referatul susținut de colegii de la Liceul Tehnologic Administrativ și de Servicii Victor Slăvescu și cu dezbaterile privind întregul program propus invitaților.

Le concours Lire en fête

Articles Wikipédia

La foire de Noël dans notre lycée

•La foire a eu  lieu le 12 décembre 2019 et a commencé à 10 h. Nous sommes arrivés à l’école à 8 h pour organiser notre stand. Nous avons commencé par mettre deux tables l’une à côté de l’autre. Après, nous avons mis une nappe et nous avons utilisé du raban adhésif pour coller des affiches ERASMUS.

•  Notre stand était le plus beau! Il était localisé près de la deuxième entrée à l’intérieur de la cour de l’école.  C’était le seul stand linguistique du lycée. Nous avons vendu beaucoup de beignets ,deux cents environ.

•  Comment a-t-il été possible? Nous nous sommes séparés en trois groupes de deux personnes chacun.  Après, chaque groupe a pris un plateau de beignets et est allé dans une autre part de la cour de l’école.

•  Quand les clients ont commencé à venir et à acheter des beignets de chaque  groupe , nous avons réalisé que cette stratégie avait été un succès!

FRANCOPHONIE, Globalisation et couleur locale

FRANCOPHONIE, Globalisation et couleur locale

La Francophonie est une réalité linguistique planétaire, répartie sur les cinq continents : des populations ou des individus qui utilisent le français comme moyen de communication avec les autres. Au sein de la communauté francophone coexistent des cultures asiatiques, arabes, nord-américaines, caraïbes, africaines, européennes et autres, qui concourent à en faire une exceptionnelle mosaïque.

Elle est aussi une Organisation Internationale (OIF) créée en 1970 et qui, en 2018, comptait parmi ses membres 88 États ou gouvernements. Elle a pour mission de promouvoir la langue française et la diversité culturelle et linguistique, de promouvoir la paix, la démocratie et les droits de l’homme, d’appuyer l’éducation et la recherche et de développer la coopération.

La Francophonie représente une alternative à la globalisation sauvage qui menace les identités de chaque peuple et entraîne une standardisation culturelle en uniformisant les comportements et les modes de vie. La francophonie a toujours milité pour la diversité culturelle qui est, en quelque sorte, sa raison d’être et qui a été clairement consacrée par la Déclaration de Cotonou. Chaque langue est la fille de son histoire : la langue française, qui a connu son siècle des lumières, est, comme affirmait Léopold Sédar Senghor, «le fondement d’un humanisme»; elle est porteuse des valeurs républicaines de liberté, d’égalité et de fraternité qui, en se propageant auprès des pays du Sud, peuvent améliorer le quotidien des populations locales, combattre le racisme, et dissiper les tensions et les malentendus avec les pays du Nord qui, de leur côté, devraient veiller à mieux respecter ces valeurs.

Représentant une manière de communiquer libre et universelle, la culture francophone est devenue une source d’inspiration et une manière d’être de beaucoup d’érudits, d’artistes ou de scientifiques du monde entier. Et bien sûr, les Roumains ont été nombreux à adopter comme moyen d’expression la langue de Molière ou de Victor Hugo: depuis les révolutionnaires de 1848 (Nicolae Bălcescu, Vasile Alecsandri, Mihail Kogălniceanu et Alecu Russo), en passant par des noms illustres appartenant aux familles princières (Marthe Bibesco, Matila Ghyka, George Barbu Ştirbei, Hélène Vacaresco), par des artistes et penseurs de taille mondiale (Emil Cioran, Mircea Eliade, Eugène Ionesco, Constantin Brâncuşi), jusqu’aux écrivains contemporains (Paul Goma, Vintilă Horia, Alexandru Paleologu, Dumitru Tsepeneag, Matei Vişniec). La Francophonie réunit, en effet, toutes les conditions pour devenir un des acteurs majeurs de la diversité culturelle.

Panait Istrati fait partie de ces écrivains rares et précieux qui se sont exprimé en français et qui ont chanté les pauvres et les marginaux. Un autodidacte né en Roumanie, qui a fait passer dans la littérature française un grand souffle lyrique porté par les brises danubiennes. Inclassable et intrépide, il n’a jamais renoncé à croire que la révolution devait être faite sous le signe de l’enfance. Panait Istrati est l’auteur de Kira Kiralina, Oncle Anghel et Les Chardons du Bărăgan. Né à Brăila, cet Européen vagabond, fils d’une blanchisseuse roumaine et d’un contrebandier grec, a composé l’essentiel de son œuvre en français. Mais comme il est revenu dans son pays natal juste avant de mourir, après s’être beaucoup promené autour de la Méditerranée (Grèce, Turquie, Liban, Egypte) on ne songe pas à lui attribuer la place éminente qu’il mérite dans l’histoire de la littérature de langue française du XXe siècle.

Julie Haşdeu a vécu seulement 19 ans, mais elle est considérée comme un véritable génie, car douée et talentueuse (polyglotte, parlant le roumain, le français, l’allemand, l’anglais dès l’âge de 8 ans), elle a laissé deux volumes d’œuvres poétiques posthumes: Les Bourgeons d’avril : Fantaisies et rêves et Chevalerie : Confidences et canevas. En lisant les poèmes de Julie Haşdeu, nous découvrons le sens profond dans la perception des lumières, des éclats, du rayonnement des eaux et des paysages. Son intelligence a été en mesure de dépasser les barrières politiques et nationalistes. A l’âge de dix et onze ans, elle écrivait en roumain, mais surtout en français, des poésies, des légendes, des comédies et quatre romans d’enfant.  C’est la langue française qui était venue à son secours quand elle s’est vue refuser la liberté d’écrire en sa langue maternelle.

Voilà donc deux écrivains francophones de nationalité roumaine qui sont peut-être trop souvent oubliés dans ce monde globalisé. Et l’un et l’autre se trouvent à cheval sur deux cultures, sur deux littératures ; ils ne sont pas à cent pourcent chez eux ni dans l’une, ni dans l’autre. Leur souffle, leur inspiration et leur manière de penser viennent  de leur culture nationale, sud-est européenne, claustrée entre des frontières dures, trop souvent victimes des préjugés; le français leur a offert le débouché vers la grande littérature du monde, vers un public beaucoup plus nombreux, vers le statut de citoyen du monde, donc vers la globalisation. En même temps ils gardent leur saveur particulière grâce à leur identité nationale. Car le français est une langue qui accueille et qui accepte toutes les diversités du monde, sans uniformiser.

Je vous propose d’apprécier la poésie Papillon, de Julie Haşdeu, publiée dans le volume Bourgeons d’avril :

 

Dans l’éther bleuâtre

Il vole folâtre,

Ce papillon d’or,

Papillon céleste

Qui jamais ne reste

Dans son fol essor!

Ses ailes vermeilles,

Aux rayons pareilles,

Vives, fendent l’air:

Forme radieuse

Qui passe joyeuse

Comme un brin d’éclair!

*

Brillante chimère,

Pauvre être éphémère,

Ta vie est un jour.

Naître avec l’Aurore

Et la voir éclore

Sans voir son retour ;

Boire la lumière

Dans l’aube première,

Et parmi le thym

Boire la rosée

Dans la fleur baisée,

Tel est ton destin !

*

Notre esprit volage

Dans l’éther s’engage

Cherchant la clarté ;

Mais vite il retombe :

Dans la lourde tombe

Meurt sa vanité.

Plus il brille au monde

Et plus est profonde

Sa prochaine nuit :

Là son éclat passe,

Sa grandeur s’efface,

Nul éclair n’y luit.

*

Vivons donc sans gloire.

Contons une histoire

Simple au temps qui fuit :

Un amour paisible

Dans un cœur sensible,

Un bonheur sans bruit,

C’est là qu’est la joie

Que Dieu nous envoie,

C’est le bien réel.

Aimons donc quand même,

Car c’est quand on aime

Qu’on gagne le ciel !

 

Paris, février 1885.

 

 

Simionescu Miruna Florentina

Previous Older Entries